?

Log in

No account? Create an account
 
 
scribo_loutre
08 August 2010 @ 06:54 pm
Le roman « Fondation Post Mortem » est le projet sur lequel je suis confrontée au plus de difficultés d’écriture. Je l’avais commencé au printemps avec près de 40 000 signes, mais ce que j’avais écris ne m’a pas satisfaite. Après une grosse remise en question du synopsis, je suis repartie à zéro. Pour le moment, je stagne au début de mon premier chapitre et je me perds dans des recherches de lieux, de personnages…
 
J’ai été bloquée pendant une semaine sur un détail spatio-temporel : le choix du commissariat de Bordeaux. J’étais partie dans l’idée d’utiliser les nouveaux locaux de l’hôtel de police, car il a l’avantage de surplomber un cimetière et d’être suffisamment neutre. Hélas, j’ai découvert que sa date de construction est trop récente. A la place, j’aurais dû situer mon commissariat dans un bâtiment ancien où j’avais du mal à me représenter mes personnages.
 
En fin de compte, j’ai décidé de garder mon commissariat moderne et de laisser la réalité spatio-temporelle de côté. Il y aura des tas d’entorse à la réalité de ce roman, car il s’agit d’un polar fantastique. Cependant, j’ai envie d’écrire quelque chose qui soit le plus proche possible de la réalité, d’où l’importance des recherches.
 
Contrairement à mes autres romans comme « La voie de Lamesh » ou « Pandémonium City » pour lequel j’imagine l’univers dans ses moindres détails, je ne peux pas inventer au fur et à mesure. Le cas de « Limonade » est un peu différent, car mes attentes vis-à-vis de ce roman sont infiniment plus faibles que pour « Fondation Post Mortem ».
 
Je me sens prisonnière d’un projet que je ressens comme extrêmement (trop ?) ambitieux. J’avais la même impression avant de commencer la nouvelle « Pandémonium City », ce qui n’a pas empêché ce texte de trouver une place d’une anthologie prometteuse.
 
En dépit de toutes mes inquiétudes, je sais que ce roman verra le jour. J’ai décidé de l’écrire il y a maintenant deux ans et demi, comme une évidence. Mes compétences d’auteure arrivent tout juste au niveau qui me permet d’envisager d’écrire un roman sans y consacrer trois ans. J’ignore encore si cela va suffire pour « Fondation Post Mortem ».
 
Après mes problèmes pour cerner Marina, l’héroïne qui prend la place de Simon, mes hésitations sur le cadre géographique et mes modifications de scénario, je pense être arrivée au bout de mes peines. Bien sûr, il me reste des tonnes de recherches à faire, mais j’ai besoin d’écrire sans trop me poser de questions.
 
Rendez-vous en septembre pour voir si j’ai vraiment réussi à avancer.
 
 
Current Location: France, Paris
Current Mood: thoughtfulthoughtful