August 22nd, 2010

chat mauve

Point du dimanche soir

Même si je déteste les dimanches soirs, c'est le moment rêvé pour faire un bilan de mon écriture de la semaine.
  • la nouvelle "Pyramide électrique" est à 20% d'avancement : pas trop mal
  • le chapitre 6 de "Fondation Post Mortem" est écrit : bien
  • le chapitre 8 de Limonade est à 40% d'avancement : bien
  • la nouvelle "Cœur et âme" est retournée dans la liste des textes en cours : pas trop mal
Mis bout à bout, c'est vrai que mes projets multiples avancent bien. Pourtant, j'ai l'impression que ce n'est pas assez. J'ai toujours plus d'idées, toujours plus de choses que j'ai envie de faire. Je comptais avancer sur tous les fronts ce week-end et, finallement, j'ai passé davantage de temps devant ma télé à regarder des épisodes de Doctor Who et de Torchwood qu'à travailler sur mon ordinateur.

J'ai bien profité de ces deux jours de repos, mais je regrette de ne pas avoir progressé autant que je le voudrais. J'ai vraiment hâte d'avoir droit à plus de vacances que mes quelques RTT cumulés depuis janvier. Cela dit, je suis très contente d'avoir ces jours de congés, puisque je vais en profiter pour aller au festival de Rock en Seine. Je ne pense pas que mes textes avanceront beaucoup le week-end prochain, mais sait-on jamais.

En discutant avec d'autres membres du groupe affilié aux fanzines de l'association Transition, j'ai appris que je ne suis pas la seule à devoir gérer des personnages secondaires plus charismatiques de le héros. Mon problème sur "Fondation Post Mortem" n'est pas uniquement du au fait que mon sidekick numéro un est le héros de sa propre série de nouvelles (avec, en conséquence, un passé très chargé). Il m'est juste plus facile d'écrire en empruntant son point de vue, car je le connais beaucoup mieux que l'héroïne officielle du roman. Pourtant, je m'efforce de mieux cerner Marina et elle gagne en épaisseur à chaque ligne écrite à son sujet.

J'aimerais tellement arriver à écrire plus. Comme je le disais vendredi soir : "J'écris beaucoup, mais ce n'est pas assez". Je verrais si j'arrive à avancer encore un peu ce soir, il fait vraiment trop chaud à Paris pour parvenir à m'endormir correctement.