?

Log in

No account? Create an account
 
 
scribo_loutre
01 November 2012 @ 11:02 am
*** ce post avait été écrit cet hiver, mais avait mystérieusement disparu ***

En montant dans un bus rempli d'adolescentes ce week-end, je me suis rendue compte que le niveau des tresses à vachement augmenté. Pas de brushing pour les blondes minettes de Versailles, mais des tresses en queue de poisson (ou épi de blé) et autres fantaisies capilaires. A force de voir ce genre de coiffure dans les magazines, on commence à les retrouver dans le bus, la rue, le métro...

Et dire que je ne suis capable de me tresser les cheveux d'une manière toute simple que depuis un an. Avant, c'était une paire de nattes de travers et basta ; j'étais incapable de croiser mes trois brins de cheveux sans voir ce que je faisais.

Bizarrement, ce sont les arts martiaux qui m'ont obligée à pallier à mes lacunes en coiffure. Pas moyen de se contenter d'un chignon ou d'une queue de cheval quand on doit porter un casque, il a fallu improviser. Un temps, j'ai envisagé de faire une tresse-couronne comme celle que ma mère me faisait gamine. Sauf que je manque cruellement de dextérité pour y parvenir.

La solution est venue des magasines (pour une fois), j'ai testé la paire de nattes remontées sur le haut du crâne avec des épingles. Dire que les jours où je viens au travail avec une coiffure romantique, c'est que je vais m'entraîner au kendo dans la soirée.

Tout ça pour dire que, si dans la réalité je suis très observatrice sur les coiffures, je me rends compte que ça manque dans mes descriptions de personnages. Il va falloir remédier à cette lacune aussi, mais désormais, je suis une spécialiste des tresses...

Tags:
 
 
Current Mood: jealousjealous