?

Log in

No account? Create an account
 
 
14 October 2010 @ 10:24 pm
Marina on the road !  
Bon, je n'ai pas avancé une seule ligne de mon histoire de lycanthropes. Je compte bien y remédier ce soir, mais pour ça, je vais avoir besoin de mon infusion à la grenade et de bonne musique. J'hésite encore entre du Louis XIV (dont j'adore les deux albums) et un truc plus doux genre The Bravery, Caesars ou Cocosuma.

La bonne nouvelle du moment, c'est que j'ai bouclé mon chapitre 10 de "Limonade". C'est le calme plat au travail, ce qui me laisse du temps pour écrire. Je viens de dépasser les 40%, youhou ! Le seul hic, c'est que la manière dont ce chapitre se termine va m'obliger à faire des modifications de synopsis, mais rien de très important.

L'autre progression majeure, c'est sur "Fondation Post Mortem" qu'elle a eu lieu. Ennuyée d'entendre mes lamentations sur ce roman difficile, Maïté est allée voir ce qu'il avait dans le ventre. Elle a eu du courage de plonger dans mes bribes de texte. Néanmoins, il en est ressorti que Simon est terrible en manipulateur sans scrupules, que Anna est vulgaire à souhait et que Marina manque encore de charisme. Niveau narration, celle de mon héroïne (Marina) manque de peps, alors il va falloir la secouer un peu.

Toujours grâce à mon travail de marmotte en pleine hibernation, j'ai pu gribouiller des choses sur mes trois premiers chapitres. Voici un extrait qui m'a donné pas mal de fil de retordre ( je voulais le mettre en ljcut, mais je n'arrive pas utiliser cette balise)

Plutôt que de prendre le chemin de l’accueil, elle se dirigea vers le laboratoire. Elle dépassa le premier bloc, puis contourna le second à la recherche d’une porte d’entrée. En arrivant sous la passerelle, elle aperçut un jeune homme adossé à un pilier de béton. Une cigarette à la bouche, il leva les yeux vers elle. Lorsqu’elle lui rendit son regard, il se détourna avec un sourire.

Marina l’oublia aussitôt. Face à la porte, elle remarqua l’absence de poignée. Un bloc de plastique noir fixé sur la droite de l’embrasure paraissait remplir cette fonction. Elle sortit la carte que l’hôtesse d’accueil lui avait remise, puis la passa devant le lecteur. La diode rouge clignota, mais la porte resta close.

— Vous avez un problème de badge ?

Le jeune homme avait écrasé son mégot sous la semelle de sa chaussure. A présent, il la dévisageait ouvertement sans cesser de sourire. Cette expression creusait des fossettes dans ses joues lisses comme celles d’un adolescent. Pourtant, il portait sa chemise bleu pâle avec une assurance virile.

— Votre badge ne fonctionne pas ?

— Non.

Il s’écarta du pilier et, en trois enjambées, rejoignit l’enquêtrice. Par transparence, elle devinait la forme d’un paquet de cigarettes dans la poche de sa chemise. Il en sortit une carte plastifiée, puis la colla sur le lecteur. Le voyant vert s’alluma. La serrure magnétique se débloqua avec un claquement sec.


Bon maintenant que j'ai donné de mes nouvelles, je peux retourner dans ma grotte avec mes loups-garous et ma tisane à la grenade.

PS : j'ai enfin corrigé "Des fées en bouteille", ma nouvelle pour l'AT de Pénombre
 
 
Current Location: France, Paris
Current Mood: cheerfulcheerful
Current Music: Guilt by association - Louis XIV